Quand un texte sacré dit une chose et son contraire, il invite au libre arbitre.

Nous entendons dire que l’Islam peut être un Islam de paix et de lumière, comme un Islam de guerre contre les mécréants et les apostats. Chacune de ces croyances ou espoirs s’appuient sur telle ou telle sourate du Coran dont le message semble correspondre à tel ou tel événement historique du 7ème siècle (Muhammad à La Mecque, Muhammad à Médine, faire alliance avec telle autre tribu, se défendre de telle attaque, négocier une protection, etc. Voir à ce propos les recherches d’islamologues et d’historiens comme celles de Rachid Benzine et d’autres).

Comme le dit Chahla Chafiq, écrivaine iranienne exilée en France, lors d’une rencontre sur l’Islam et les femmes : « On peut démontrer par A + B que le Coran est misogyne et, à l’inverse, on peut démontrer par A + B qu’il ne l’est pas. Mais quand l’islam devient la loi, la dimension politique ne peut être négligée. (lien) »

 

Ces observations provoquent un enchainement de pensées :

1/ Le croyant peut s’identifier à un pôle (l’amour, la paix, le lien) ou à un autre (la haine, le rejet, la guerre) non pas en fonction d’un ordre clair du Coran (puisque les ordres y seraient contraires) mais en fonction de lui-même, de son affectivité et de son ressenti pour les autres. Le A + B exprime alors une orientation très personnelle.

2/ Si le croyant exprime son propre monde intérieur en le projetant sur Dieu et « sa » parole, cela nous raconte bien plus de choses sur l’humain que sur Dieu, notamment sur notre tendance inconsciente à voir le monde avec nos propres filtres, et à projeter nos sensations en les attribuant à d’autres (que ces sensations soient bonnes ou mauvaises).

3/ Le dernier message de la 3ème religion monothéiste, en présentant à l’humain le choc du libre arbitre, pourrait se résumer ainsi : Amis humains, faites votre choix et assumez-le en votre nom, en votre âme et conscience. Vous êtes responsables de vos sentiments, de vos pensées, de vos fantasmes, des idéologies et des représentations qui en découlent. C’est vous qui pensez et agissez. Nul Dieu ne nous commande, le temps de l’indépendance d’esprit, de la responsabilité et de la maturité est arrivé ! (Il n’y aura semble-t-il pas de nouveaux prophètes…).

4/ Nous passons alors du statut de créature (créature biologique issue de la nature, et créature d’une éventuelle énergie ou esprit universel) au statut de Créateur des réalités du monde dans lequel nous vivons. L’acte de penser devient l’acte de créer. Nous sommes tous des co-créateurs.

5/ Ce message s’adresse effectivement à toute la communauté humaine, à l’humanité.

6/ L’acte de penser s’ancre dans l’affectivité consciente ou inconsciente, dans nos profondeurs. Ces deux pôles de l’amour et de la haine sont bien connus en psychanalyse dans les dynamiques de l’ambivalence amour/haine (envers « le sein de la mère »), du clivage possible (s’identifier à un pôle et projeter le second vers l’extérieur, comme dans la paranoïa), des dénis et des organisations ou régressions psychotiques qui peuvent en découler. Cette période où la haine semble être en expansion sur terre pourrait signifier l’urgence de s’intéresser un peu plus à la psyché humaine et aux raisons intimes de ses délires, de son insensibilisation à l’autre, de sa violence et de sa cruauté. Il serait temps de rassembler avec lucidité tous les moyens connus pour reconnaître et soigner la souffrance (en lien avec les raisons de ces souffrances, parfois il faut remonter bien loin dans les familles et dans l’histoire des âmes).

7/ Tout cela va prendre quelques temps, parler, dialoguer, éduquer, réparer, reconnaître, aimer… Arrivera le jour où nous n’aurons plus besoin d’un Dieu supérieur au dessus de nos têtes. Nous serons seuls, face à nous-mêmes, entre nous, avec les autres, comme des grands à l’âge de raison. Nous pourrons alors nous investir dans cette fraternité, en nous occupant urgemment des questions économiques, écologiques, éducatives, alimentaires… en réinventant un pacte social fraternel avec des innovations éthiques et sages en terme de gouvernance politique.

8/ Nous pourrons également nous raconter nos expériences spirituelles et nos enquêtes sensorielles car l’affaire du mystère de la création et du sens de la vie dans l’univers n’est pas close pour autant. Créer de très beaux lieux de méditation, de prière, de régénération, de calme et de soin ouverts à tous. J’irai parfois me reposer et rêvasser avec des amis dans les hamacs étendus au fond à gauche près de la fontaine en écoutant le chant des perruches…

9/ L’imaginaire fait vivre.

 

ciel_etoiles

 

 

Un commentaire sur “Quand un texte sacré dit une chose et son contraire, il invite au libre arbitre.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :