LIEN. À qui écrivons-nous quand nous écrivons ? Le Libraire – Régis de Sa Moreira

Extrait du livre : Le Libraire – Régis de Sa Moreira
Édition Le livre de poche – 2004

Page 154, 155
« Il était arrivé que le libraire avait lu une page d’un livre, page qu’il avait aussitôt arrachée, et qui n’était autre qu’un des enseignements dispensés par le tsar Andrei au jeune pince Andrei, son petit-fils :

« Lorsque vous écrivez une lettre, Prince, ou un message, quoi que ce soit que vous adressez à quelqu’un, lorsque vous l’avez terminé, que vous en êtes satisfait, demandez-vous toujours si vous pourriez l’envoyer au même moment à quelqu’un d’autre. Si vous n’auriez qu’à changer le nom, l’adresse.
Si oui, oubliez cette lettre. Ça n’en est pas une. Vous racontez votre vie, Prince, vous n’écrivez pas à quelqu’un. Recommencez ou abandonnez.

Lorsque vous serez bien familier de cette pratique, que plus jamais vous n’enverrez de lettres qui n’en sont pas, et cela prendra du temps, une décision s’ouvrira à vous. Pesez-la avant de la prendre car elle est de conséquence. Mais vous la soupçonnez déjà, n’est-ce pas.
Déjà, vous commencez à vous dire : et si j’agissais de même avec mes paroles ?
Imaginez, Prince. À chaque phrase que vous allez dire, que vous formulez, que vous vous demandiez : Pourrais-je la dire en ce même moment à quelqu’un d’autre ? Et si, au cas où effectivement vous le pourriez, vous ne la disiez pas. Et si vous vous taisiez…
Rares seraient sans doute vos paroles.. »

Le libraire n’avait pas même fini la lecture de la page qu’il l’avait déjà arrachée pour l’envoyer à un de ses frères. La page qui se terminait ainsi :
« Mais il peut se passer autre chose, mon cher Prince. Il peut se passer qu’en changeant le nom, l’adresse, ou la personne, vous vous rendiez compte par hasard que c’était à quelqu’un d’autre que vous étiez sur le point d’écrire, ou de parler. Et qu’une fois ce nouveau nom, cette nouvelle adresse, cette nouvelle personne découverte, vous ne puissiez plus en changer.
Alors là, surtout, envoyez.
Alors là, surtout, parlez.
Car vous n’aurez jamais été si courageux. »

L’un des frères du libraire, lorsqu’il avait reçu cette page, en avait été bouleversé. »

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :